MARILYN

Exposition du 07 décembre 2017 au 13 février 2018

Vernissage mercredi 6 décembre 2017 à 19h

 

On croit souvent avoir fait le tour de Marilyn Monroe, après tout cela fait tant d’années qu’on en parle, la tragédie de sa vie, sa beauté, son jeu, ses hommes… Et pourtant en faisant des recherches pour cette exposition, j’ai découvert de nouveaux trésors, et comme à chaque fois, j’ai été emportée par elle, sa grâce, son sourire, sa mélancolie… comme un puits sans fond !

On connait bien sûr les images de Sam Shaw, surtout celles si célèbres du tournage de 7 ans de réflexion, avec sa robe volant sur la bouche de métro qui avait fait scandale à l’époque. Nous vous proposons ici des images méconnues, datant notamment de sa première année de mariage avec le dramaturge Arthur Miller, au printemps 1957… On y découvre une Marilyn joyeuse, resplendissante,
sans doute à un des meilleurs moments de sa vie…dansant dans son jardin comme une enfant, se promenant dans NY, s’arrêtant pour prendre un hot dog, se reposant sur une fontaine… On est loin des poses figées de la star inaccessible, s’y révèle une femme épanouie, facétieuse et amoureuse, et des photographies plus naturelles, plus en phase avec leur époque.

J’ai aussi découvert de nouvelles photographies de Lawrence Schiller, ce photographe chanceux qui avait assisté au dernier tournage inachevé du film Something’s Got to Give de George Cukor en 1962 et put montrer Marilyn dans toute sa sensualité à l’aube de ses 36 ans… En cherchant bien, entre deux images de tournage, on croit voir des moments de faille, peut être prémonitoires de sa fin tragique…

Et enfin, nous avons la chance de pouvoir présenter quelques images méconnues de Bert Stern, lors de la fameuse Dernière séance organisée en 1962, pour Vogue, six semaines avant la mort de l’actrice. Cette séance résume à elle seule Marilyn Monroe, on passe du glamour le plus pur (série des paillettes et colliers, ou des nus sur le lit) à une profonde et si bouleversante tristesse (série de la robe noire de Dior), en passant par de la mode la plus classique… Bref toutes les facettes de ce personnage si fascinant, et finalement si mystérieux…

Cette exposition est la quatrième que nous organisons, et je pense sincèrement que c’est la dernière à chaque fois…mais encore une fois la magie a opéré. Cet attrait pour sa beauté, sa grâce infinie, cette fascination pour l’enfant que je vois en elle si souvent, résonne en moi profondément… J’ai la chance que le public partage ces sentiments, alors profitons une fois de plus de Marilyn !